Stratégie de développement durable

Pionnière en matière de développement durable, la Ville de Lancy met en place un instrument moderne de suivi, afin d’être encore plus efficace: la Municipalité a adopté une stratégie d’action pour que chaque service de l’administration intègre la notion de durabilité dans l’ensemble de ses projets.

Appliquer les principes du développement durable à tous les échelons de l’administration, tel est l’enjeu de la nouvelle stratégie acceptée par le Conseil municipal de Lancy en octobre dernier. En 2001 déjà, convaincue de l’importance que peuvent jouer les collectivités locales en matière d’environnement, la Ville adoptait les principes de l’Agenda 21. Des ateliers du futur ont ainsi vu le jour afin d’inciter la population à mener des actions concrètes. Mais avec l’essor que connaît la commune depuis quelques années – elle compte aujourd’hui plus de 31’000 habitants, 1’500 entreprises et 20’000 emplois –, il était nécessaire d’avoir une vision à long terme tout en se fixant des objectifs concrets. «Se développer, oui, mais de façon durable afin de garantir à la population le cadre de vie le plus agréable possible», souligne le Conseiller administratif en charge de l’environnement, Damien Bonfanti. La nouvelle “Stratégie pour le développement durable de la Ville de Lancy” touchera l’ensemble des services de l’administration et les prestations à la population. 

Transparence de l’action publique

Depuis 2001, la Commune a réalisé de nombreuses actions en matière de développement durable, mais peu ont fait l’objet d’une réelle évaluation. «On mettait en place des projets pertinents mais nous n’avions pas d’outils modernes pour mesurer ou garantir leur impact sur le long terme», relève Damien Bonfanti. Entre octobre 2014 et mars 2015, un état des lieux a été réalisé dans chaque service de l’administration et un document stratégique a été élaboré. Il comprend une “vision partagée” de dix thématiques telles que, l’aménagement du territoire, la gestion de l’eau, l’énergie, la gestion des déchets ou encore la nature et le paysage. Chaque service spécialisé a fait part de ses priorités, et grâce à ce document valable pour cinq ans, il sera désormais possible d’évaluer, en cours de législature, ce qui a été fait. «Cette stratégie d’action pragmatique et transparente permettra de voir si les objectifs prévus au départ sont atteints, donc de vrais engagements», relève le Conseiller administratif. Il sera possible de mesurer la consommation d’eau, d’énergie ou encore les flux de mobilité de l’administration. Pour le Magistrat, le monitoring est une aide à la décision: «Le politique a besoin de se baser sur des informations objectives pour prendre de bonnes décisions.»

« Se développer, oui, mais de façon durable afin de garantir à la population le cadre de vie le plus agréable possible » Damien Bonfanti, Conseiller administratif

Stratégie de développement durable
Avec sa stratégie de développement durable, Lancy intègre la notion de durabilité dans l'ensemble de ses projets (photo: Alain Grosclaude)

Décloisonner pour davantage d’efficacité

La transversalité entre les services de l’administration permettra de travailler ensemble dès le début d’un projet. Le but est que chaque service impacté puisse être intégré dans une démarche participative. Pour Damien Bonfanti, le décloisonnement est un gain de temps, d’argent et surtout un gage de qualité pour les projets même si chaque magistrat reste responsable de son service. Travailler conjointement permet de prendre en compte les trois aspects du développement durable: environnemental, économique et social. «Auparavant, on s’occupait surtout de l’aspect économique et technique, aujourd’hui l’environnement et le social ne seront plus les parents pauvres», insiste le Magistrat. Le Parc Louis Bertrand au Petit Lancy est un bon exemple de ce type de concertation. L’aménagement de cet espace public, qui va commencer sa phase de transformation cette année, touche une panoplie d’acteurs différents. Le service des travaux, celui des sports, du développement durable et de l’environnement ont été sollicités. Sans compter les utilisateurs auprès de qui une enquête a été menée. «Se retrouver autour d’une table a permis à chacun de se rendre compte des intérêts des autres et a contribué à aplanir les difficultés au sein même des services de l’administration», explique l’élu.

Prioriser les thématiques

Chaque année une attention particulière sera portée sur chacune des dix thématiques prévues pour la législature. Dès 2016 et ceci dans le cadre des projets de gares CEVA sur la commune, l’accent sera mis sur la qualité des aménagements tels que les revêtements, l’éclairage public ou encore les espaces verts. Les achats de l’administration, comme le matériel et les fournitures de bureau, devront répondre à des critères de durabilité. «Nous allons donner la préférence à des produits labellisés qui respectent l’environnement mais aussi à ceux qui proviennent d’entreprises locales tout en respectant les critères des marchés publics», indique Damien Bonfanti. Dans les parcs et promenades, les employés des espaces verts (service de l’environnement) n’utiliseront plus que des produits respectueux de l’environnement et de leur propre santé, ainsi que celle de la population. De même, les pratiques devront évoluer pour laisser s’épanouir la diversité de la faune et de la flore. «Certaines zones seront mises à la disposition de la nature offrant de ce fait aux administrés une nature de proximité, précise Damien Bonfanti. Un travail de communication auprès de la population devra être effectué.»

«Nous allons donner la préférence à des produits labellisés qui respectent l’environnement mais aussi à ceux qui proviennent d’entreprises locales tout en respectant les critères des marchés publics»

Judith Monfrini

Journal Le Lancéen, mars 2016

 

Chiffre:

10

La Stratégie pour un développement durable de la Ville de Lancy, fixe des lignes directrices dans dix thématiques prioritaires et permet de structurer les actions et projets de l'administration, en lien avec le développement durable.