Améliorer l'éducation au Burkina Faso

Comment améliorer l’accès à l’éducation et à la formation des enfants, puis des jeunes, au Burkina Faso ? Comment, pour ceux qui vont à l’école, améliorer la qualité des apprentissages et donc, en amont, les compétences des enseignantes et enseignants ? Ces défis sont au centre d’un projet de l’association Enfants du Monde, membre de la Fédération genevoise de coopération (FGC). A travers la FGC, ce projet a été soutenu par la Ville de Lancy pour un montant de 40 000 francs en 2017. Quelque 8600 personnes sont directement concernées, dont la moitié de filles ou de femmes.

Au Burkina Faso, 40% de la population, notamment en milieu rural, vit en dessous du seuil de pauvreté. La majorité des élèves qui entrent dans le système éducatif n’achèvent pas leur parcours. Les régions de l’Est et du Sahel possèdent les indicateurs d’accès à l’éducation les plus faibles, en particulier pour les filles : en 2014, 34% d’entre elles, en âge d’être scolarisées au niveau primaire, n’allaient pas à l’école. La même année, le taux d’alphabétisation des jeunes de 15 à 24 ans était estimé à 50%. Et parmi ceux qui vont à l’école, une grande proportion n’acquiert pas les compétences de base nécessaires en mathématiques, lecture et écriture.

Les programmes soutenus par Enfants du Monde sont mis en place avec des ONG locales. Leur but : permettre aux enfants et aux jeunes de mieux s’approprier les connaissances transmises et d’acquérir des compétences adaptées à leurs besoins dans la vie quotidienne, par exemple lorsqu’ils vendent des produits sur les marchés. Pour cela, il s’agit de rompre avec un enseignement traditionnel basé sur l’apprentissage par coeur et la répétition, pour donner un rôle plus actif à l’élève en lui apprenant à apprendre. Une grande importance est accordée au bilinguisme : la langue maternelle de l’enfant est enseignée et utilisée en plus du français.

Après une phase centrée sur l’appui aux écoles, le projet actuel met l’accent sur la formation des enseignants et enseignantes, ainsi que sur celle de leurs formateurs et formatrices. L’objectif ? Mettre en place une chaîne de formation des actrices et acteurs éducatifs et produire les supports pédagogiques dont ils ont besoin. La chaîne débute au niveau universitaire : Enfants du Monde contribue à mettre sur pied un Master en science de l’éducation, mention bilinguisme et qualité de l’éducation.

Par ailleurs, Enfants du Monde poursuit son appui au fonctionnement des écoles non formelles avec qui travaillent déjà ses partenaires, comme les écoles communautaires, les Ecoles du berger et de la bergère, les Foyers d’éducation et d’innovation pédagogique pour adolescents.

Basée à Genève, Enfants du Monde a pour mission d’aider et protéger les enfants défavorisés dans les pays pauvres en leur offrant une éducation de qualité et l’accès à des services de santé. L’ONG fête ses 50 ans cette année.    

Catherine Dubouloz
Chargée de communication de la Fédération genevoise de coopération (FGC)